CLSM actualités

Avril 2021 : le Contrat social multipartite

CSM : une approche collective de l’inclusion sociale et une action de coresponsabilité innovante ouverte sur la cité

Le contrat social multipartite (CSM) est un partenariat entre le Centre Hospitalier de Rouffach, une municipalité, des structures médico-sociales et des personnes souffrant de troubles psychiques en voie de rétablissement.

Ces contrats adaptés aux personnes concernées par les troubles psychiques ou en grande précarité sont l’occasion pour elles de se positionner en tant que citoyens et de leur permettre de créer des liens sociaux en les rendant actrices et en s’appuyant sur un groupe de pairs.
Ce dispositif a pour vocation d’améliorer la qualité de vie de la personne et s’attache à favoriser son autonomie et son insertion dans la cité.

Il s’appuie principalement sur les ressources et les compétences propres au bénéficiaire et crée les conditions favorables à la réalisation de son projet par une co-construction centrée sur ses objectifs.

Les objectifs :

C’est d’aller vers le mieux-être, de faciliter l’insertion dans la ville, lutter contre la stigmatisation et l’isolement, de se réapproprier le pouvoir d’agir, sa parole en tant que citoyen.

De quoi s’agit-il ? Un dispositif d’accompagnement de la personne vers l’autonomie en santé

L’objectif des CSM est d’accompagner les personnes concernées par les troubles psychiques vers la citoyenneté́, en favorisant les démarches d’accompagnement au rétablissement et à l’insertion. C’est dans ce cadre que le Centre Hospitalier de Rouffach a initié́ la mise en place de CSM sur le territoire du Haut- Rhin.

Les premiers CSM ont vu le jour avec les communes de Mulhouse en 2013, Guebwiller en 2015 et Colmar en 2016.

Depuis 2017, ce dispositif s’est généralisé́ sur l’ensemble des territoires des 7 conseils locaux de santé mentale (CLSM) du Haut-Rhin et est soutenu par un financement de l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Onze CSM ont été réalisés ou sont en cours de réalisation sur le département (Mulhouse I, Guebwiller I, Colmar I, Thann/Cernay, Mulhouse II, Sainte-Marie-aux-Mines, Saint-Louis, Guebwiller II et Altkirch, Colmar II (pour un volet Adolescents) et à Neuf-Brisach. Deux sont à venir : Masevaux et Munster.

Comment fonctionne un CSM ?

Le CSM s’inscrit dans un temps défini de neuf mois et repose sur des projets individuels ou des projets collectifs.
Un binôme d’animateurs conduit le groupe : un animateur de la méthode SPIRAL et un animateur travaillant sur les habiletés sociales (psychologue, metteur en scène, sophrologue, praticienne bien-être…), toute personne ayant des compétences peut intervenir dans le contrat.

Le contrat se décline en plusieurs étapes :

  • Définition du bien-être / mal- être, que faites-vous pour aller mieux ? (Méthode SPIRAL Societal Progress for the Responsability of All). Cette étape dure 3 à 4 mois.
  • Signature du Contrat en mairie à mi-parcours, en présence des élus des municipalités.
  • Identification des axes de mieux-être, détermination des projets individuels et collectifs.
  • Mise en œuvre des projets avec le soutien de personnes ressources (ateliers de progrès).

Le groupe bénéficiaire du contrat compte environ six personnes. Les rencontres se font dans la Ville. Des ateliers de progrès viennent en appui du dispositif et aident à la concrétisation des projets des personnes.

Le rôle des élus est de faciliter le projet et par la même l’insertion du participant au sein de la commune (prêt d’une salle pour les rencontres, accès à la culture, aux loisirs, au bénévolat…)

Les personnes se positionnent en tant qu’individus, citoyens et sortent de la relation soignant-soigné. A travers ce travail, elles redécouvrent leur lieu de vie et leur pouvoir d’agir. A la fin du contrat, les personnes rendent compte du vécu de leur expérience et des bienfaits gagnés pour mieux se projeter dans l’avenir.

Après le CSM : des exemples qui inspirent l’espoir

S’appuyant sur la dynamique impulsée par les CSM, des projets voient le jour comme la création de Groupe d'Entraide Mutuelle (GEM) comme de Guebwiller " La source du Florival ", création de l’association « Le Soleil du Rangen » à Thann, création de l’association d’entraide mutuelle des Trois Lys à Saint-Louis ou encore l’inscription des participants dans des associations déjà existantes sur le territoire par le biais du bénévolat.

 

Mise à jour : 08/04/2021

 

Restons connectés !

En vous inscrivant à notre newsletter, vous découvrirez en avant-première toutes les actualités relatives à Santé Mentale 68.

de recevoir des e-mails d'informations de « Santé mentale 68 ».